Assemblage du modèle de vol

Après que les ingénieurs de l’Université de Berne aient intégrés et expérimentés plusieurs modèles du télescope spatial CHEOPS, ils travaillent actuellement sur le matériel qui sera effectivement envoyé dans l’espace. Dans la salle blanche spécialement conçue pour CHEOPS, ils assemblent le modèle de vol de l’instrument.

«Nous avançons bien», déclare Willy Benz, chercheur principal de CHEOPS (Caractérisation d’ExOPlanet Satellite): «trois des cinq éléments principaux du télescope sont déjà présents à Berne.» Ces éléments ont tous été produits par des instituts et des entreprises de différents pays européens. Le Baffle and Cover Assembly (BCA) a été conçu et fabriqué en Belgique. Le Baffle minimise la lumière parasite, alors que le couvercle empêche la contamination avant et pendant le lancement. Les radiateurs ont été produits en Hongrie. Ils sont nécessaires pour le contrôle thermique en diffusant l’excès de chaleur dans l’espace.

Après la réception au début de l’année des modèles de vol de la BCA et des radiateurs à l’Université de Berne, l’équipe suisse a également reçu le télescope proprement dit fin avril. Quant aux miroirs primaire et secondaire ainsi que l’optique arrière avec ses deux lentilles qui ont été construits en Italie, ils ont également été intégrés dans la structure de télescope construite elle par une entreprise suisse. Dans la salle blanche de l’Université de Berne, les ingénieurs ont déballé soigneusement cette précieuse cargaison, puis effectué une inspection entrante et réalisé les premiers tests. (Voir la vidéo)

Les deux parties principales restantes devraient être livrées bientôt. L’ordinateur principal et le convertisseur de puissance de l’instrument appelé Back End Electronics seront envoyés en provenance d’Autriche, alors que le système de détection est construit en Allemagne. Il contrôle le détecteur CCD qui fournira les images pour la mission. Dans les mois à venir, les ingénieurs travaillant dans la salle blanche ont un calendrier serré qui ne leur permettra pas de longues vacances d’été. En effet, en août déjà, un important test de vibration est prévu pour simuler les conditions pendant le lancement.

Avec Soyouz depuis Kourou

«Fin janvier 2018, l’instrument devrait être construit, testé et étalonné», explique Christopher Broeg, chef de projet de CHEOPS. Mais il faudra presque une autre année jusqu’à ce que le satellite soit expédié vers le port spatial européen à Kourou. Là, une fusée Soyouz exploitée par Arianespace lancera CHEOPS dans l’espace. Le télescope spatial suisse va partager le trajet avec un satellite radar italien appelé Cosmo-SkyMed.

L’engin spatial italien est le premier satellite de surveillance de deuxième génération conçu pour une utilisation civile et militaire. Il surveillera la Terre à l’aide de radars X à haute résolution. Le satellite Cosmo-SkyMed pèse à peu près dix fois plus que CHEOPS, mais va tourner autour de la Terre sur une orbite polaire solaire-synchrone semblable à celle de CHEOPS. Comme les lancements dans de telles orbites sont assez rares, CHEOPS a de la chance de pouvoir faire équipe avec la mission italienne. Un lancement distinct de fusée serait trop coûteux pour la petite mission scientifique.

«Soyuz est un lanceur très fiable», explique Willy Benz: « il est même moins bruyant que d’autres fusées que nous avions en tête lorsque nous avons commencé à concevoir l’instrument CHEOPS». Par conséquent, certaines parties du télescope ont été surdimensionnées. «Il vaut mieux ça que l’inverse», déclare le chef d’équipe: «nous sommes donc du côté plus sûr.»

2017-06-22T10:13:13+00:00

Leave A Comment